La traduction de document est indispensable afin de le valider au niveau international et cette opération est automatiquement imposée pour les documents de nature juridique ou médicale. Recourir aux services de spécialistes afin de réaliser la traduction juridique n’est pas une action anodine car l’enjeu de la traduction est de produire une pièce équivalente au document source et non identique. Un expert peut être contacté par le biais d’une agence de traduction regroupant des traducteurs spécialisés dans un domaine particulier, ou alternativement de manière individuelle si celui-ci travail à son compte au détriment d’une affiliation.

Pourquoi un traducteur juridique ?

Un traducteur juridique est principalement identifié et reconnu en tant qu’expert au sein de la Cour d’Appel, il est alors dit traducteur assermenté ou certifié. Son expertise peut s’étendre au-delà des aspects juridiques ou linguistiques et certains agents possèdent des aptitudes à l’assermentation. En effet, la traduction certifiée de l’expert permet d’accorder une valeur juridique d’un document transcrit similaire au document original tout en authentifiant sa conformité à travers l’apposition de son cachet. Ces individus se tiennent informés régulièrement de l’évolution de la législation régissant les différents systèmes juridiques dans le but de réduire la probabilité d’erreurs et engagera leurs responsabilités et réputations en cas de litiges.

Il faut noter que la traduction assermentée soumet le traducteur au secret professionnel et garantie la confidentialité, la non divulgation et la protection des informations impliquées. Ce dernier doit, en plus des obligations légales, respecter une charte de qualité pour la mise en page ainsi que la présentation des documents à traduire.

Recourir à une agence de traduction

Effectuer la traduction officielle d’un document requiert l’intervention d’un traducteur afin de comprendre l’aspect technique qui intègre de nombreuses disciplines. Par ailleurs, une traduction achevée par un traducteur standard ne disposant pas d’une assermentation ne portera en aucun cas de validité en dehors du pays d’origine. En saisissant une agence, les traducteurs affiliés fourniront les compétences linguistiques, puis en droit. Un expert sera également en mesure de rester flexible face aux exigences des demandes, ce qui peut inciter à la mobilisation d’un effectif plus important.

Il faut néanmoins remarquer qu’un traducteur agréé peut être contraint de travailler avec une version originale des documents à traduire et apposer son cachet avec sa signature sur ces derniers pour complaire aux exigences des autorités. Par précaution, le document doit être sous sa version finale pour une traduction assermentée du fait qu’aucun changement ne peut être apporté dès la phase d’impression à l’envoie et entraînent des frais de modifications suivi d’un complément de délai. La pièce ayant fait l’objet d’une traduction certifiée sera ensuite expédiée par l’agence à travers un courrier postal à destination du commanditaire mais doit enfin être légalisée. Certains pays offrent néanmoins la possibilité de poser une apostille en présentant le document original et sa traduction auprès de la Cour d’Appel du traducteur assermenté.

Coûts et délais

Prévoir les besoins est un impératif non négligeable avant de faire appel à un traducteur expert, en outre, le travail de traduction est une procédure chronophage influencée par diverse facteurs. Il est toutefois recommandé de fixer une date d’échéance pour recevoir le document. Une société de traduction peut aussi déterminer un délai mais dans ce cas, celle-ci s’engage donc à respecter la date de délivrance sous réserve de pénalité de retard. L’anticipation est d’autant plus prioritaire dans le cadre d’une traduction assermentée car les experts sont moins nombreux et plus sollicités.

Généralement, le prix représente le paramètre dominant lors de l’établissement du devis et le type de document, le niveau de technicité ainsi que la langue cible engendrent des frais supplémentaires par rapport à la traduction. Il faut rajouter qu’une majoration entre en vigueur pour une assermentation. Par exemple, la traduction juridique en langue anglaise propose un tarif de 0,15 € par mot et débute à partir de 0,20 € le mot pour une traduction assermentée. Le prix peut potentiellement subir une inflation pour la prestation de traduction vers des langues plus exotiques mais assure néanmoins la protection des données au format papier et numérique.